Rechercher

THÈMES

CATALOGUES TÉLÉCHARGEABLES

La Mort d’un homme

 

Description

Préface d’Olivier Mony

Charles et Lael Wertenbaker, deux figures du journalisme américain, amis de Welles, de Capa et d’Irwin Shaw, décident d’interrompre leur carrière respective à Time Magazine. En quête d’une vie apaisée, ils s’installent à Ciboure, au Pays basque, avec leurs deux enfants, des étagères de livres, une machine à écrire, sans oublier quelques bouteilles de whisky… Mais en 1954, Charles se découvre atteint d’un cancer.
Débute une nouvelle vie, la dernière. Lael entreprend de la raconter en veillant à tout consigner. Elle est la greffière des derniers mois. Elle le fait sans se départir de son regard précis, épris de vérité, comme si la vocation journalistique était une authentique nature. Pour autant, l’amour les tient plus unis que jamais : ils décident d’étirer le temps, de faire tout ce qu’ils peuvent pour que leur vie commune soit enrichie de quelques chapitres supplémentaires, à condition qu’ils soient dignes d’être vécus. Dans l’amour, on convient souvent qu’un homme et une femme scellent une sorte de pacte. Il peut être à la vie, à la mort. Un récit pudique, lucide, incontestablement universel.

« Imaginez un homme, un Américain, qui va mourir et s’y résout en relisant Montaigne et en regardant vers l’horizon, au-delà de la baie de Saint-Jean-de-Luz. Il vit ses dernières lumières, et sa femme près de lui n’en perd pas une miette, pas une seconde. Évidemment, c’est une histoire d’amour. »

« UN LIVRE BOULEVERSANT, […] COURAGEUX ET SANS COMPROMIS » – The New York Times

Lael Wertenbaker

Correspondante étrangère pour Time Magazine à partir de 1940 puis journaliste indépendante, Lael Tucker Wertenbaker (1909-1997) est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages de fiction et de non-fiction. Avec son premier époux, Charles Wertenbaker, ils incarnent une génération de journalistes américains, écrivainstalentueux, cultivés et distingués.
La Mort d'un homme, paru en 1957 et jamais réédité depuis, a fait grand bruit à sa sortie, et reste son livre le plus célèbre.

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Geneviève Naudin

« [...] récit sobre et grave, d'une rare franchise, jusqu'à la dernière ligne, d'une troublante noblesse de bout en bout. »


Télérama



« Singulier et pourtant universel, pudique et clairvoyant »


La Libre Belgique



« Ces adieux parus en 1957 sont déchirants et doux, lumineux comme le soleil couchant sur la baie de Saint-Jean-de-Luz. »


Le Figaro Littéraire

L'indéfinie

Prix : 

19,90

Format : 15 x 21 cm - 248 pages

Parution : 02/03/2017

ISBN : 9782840497264